Industrie métallurgique et laiton

0 commentaire

Le laiton reste l’un des matériaux les plus travaillés dans le domaine de la métallurgie en raison de ses très nombreuses applications possibles. Imitant presque les aspects de l’or, cet alliage a de nombreuses qualités qui ont été exploitées depuis le Moyen-Âge.

Ce qu’est le laiton

On parle plutôt de laitons au pluriel que de laiton au singulier. La raison en est que premièrement, il s’agit d’un alliage à base de cuivre et de zinc à proportions variables, le laiton binaire pour le type le plus simple, et que deuxièmement, ce laiton est dans la pratique combiné avec d’autres éléments pour donner des alliages amagnétiques. Ces éléments peuvent être le plomb, l’étain, le fer, le manganèse, le chrome. Les variétés qui en découlent sont par exemple le bronze florentin (85 % de cuivre et 15 % de zinc), l’archal, le pinchbeck et le similor. A la base, le laiton est un alliage très facile à travailler dans la métallurgie et possède de grandes qualités comme la résistance à l’usure et l’éclat qui concurrence celui de l’or.

Le laiton à travers l’histoire

La métallurgie a pris possession du laiton à partir du Moyen-Âge. Cet alliage a marqué cette époque. Du fait de son aspect décoratif, il a été saisi par un nombre impressionnant d’artisans entre le 13 et le 15e siècle pour fabriquer des ornements de maison, des chaudières, des coupes, des vaisselles et des chaudrons. Le procédé de fabrication à l’époque fût très onéreux, utilisant de la calamine fondue notamment, et les fondeurs ont inventé le laiton au plomb pour réduire les coûts de fabrication. La production industrielle des laitons par le biais de la métallurgie aurait rendues riches des villes moyenâgeuses telles que Bouvignes et Dinant.

Une infinité d’applications dans la métallurgie

Les pièces en laiton d’aujourd’hui sont fabriquées suivant un procédé faisant intervenir le matriçage qui en déculpe les performances mécaniques. L’horlogerie, la serrurerie, la robinetterie, la quincaillerie et la décoration d’intérieur en font largement usage. Pour une utilisation personnalisée, cet alliage peut être disponible sous forme de tige, de profilé plat ou rond, de cornière, de tube ou de barre de laiton. L’industrie utilise les différentes déclinaisons de cet alliage pour fabriquer les pièces de monnaie, des alliages à mémoire de forme, des outils pour les mines, des objets de plomberie, des douilles de cartouches, voire des filigranes de papeterie.
Cuivre jaune, similor, bronze florentin et tombac sont quelques appellations du laiton. Ce sont des alliages dont la popularité remonte au Moyen-Age et qui aujourd’hui sont toujours aussi prisés de la métallurgie pour produire nos robinets, décorer nos fontaines et surtout fabriquer nos monnaies, entre autres.

Laissez un commentaire